Logan renverse les codes de films de super héros actuels en se révoltant contre la continuité des films presque imposée. Les effets spéciaux utilisés intelligemment et avec parcimonie se font rares ces dernières années et c’est une réelle bouffée d’air qu’on nous apporte ici puisqu’ils forment une nette cohérence au sein de son univers. J’appréhendais un peu la suite monotone, vierge et sans âme (vu la déception qu’était « Le combat de l’immortel ») mais place à un métrage qui ne prétend pas être une suite mais bien un métrage à part entière, un film qui se veut original tout en n’entrant pas en incohérence avec le reste de la saga puisqu’il s’agit d’un Wolverine dans le futur, au bout de sa vie. Pour sa dernière prestation à l’écran dans le rôle de l’emblématique Xmen aux griffes d’adamantium, Hugh Jackman a souhaité faire de cet opus quelque chose de particulier qui se rapprocherait du ton employé dans le comics à succès Old Man Logan c’est à dire un Wolverine usé, faible,vieux et sans espoir dans une ambiance crépusculaire teinté de western.

Suite au succès de Deadpool l’an passé, Logan peut se permettre de se payer un joli R-Rated (soit interdit aux moins de 17 ans non accompagnés aux US) donnant l’opportunité à ce Logan de transmettre toute la volonté du réalisateur et des acteurs. Sans l’être totalement, Logan accède à un potentiel que presque aucun autre film de super héros n’a su franchir, et c’est en partie grâce à la force de Hugh Jackman, livrant sa dernière mais meilleure prestation de ce Wolverine qu’il assimile à la perfection. Ce dernier va être sujet à un road trip brutal aux côtés d’un Charles Xavier (Patrick Stewart) usé et tourmenté et de la jeune et époustouflante Dafne Keen qui signe son premier rôle à l’écran. Cette brutalité se retrouve décuplée dans les scènes d’action, violentes et viscérales, allant jusqu’au pur plaisir visuel. Le trio va devoir surmonter tout un tas de difficultés (intérieures comme extérieures) pour accéder, peut-être, à une forme de paix intérieure. On suit pendant deux heures le sort de personnages affligés par ce qu’ils ont fait et ce qu’ils ont enduré. Logan et Laura s’en donnent à coeur joie et démembrent avec fougue leurs ennemis. Rarement des scènes d’action ont été si jouissives, mais aussi si prenantes, parce que James Mangold a réussi l’exploit de mêler super héroïsme à réalisme. Il n’est pas étonnant de voir ainsi les conséquences de ses massacres sur ces personnages. Finalement, c’est ce qu’on voulait depuis le début et c’est ce qu’on attendait depuis longtemps. James Mangold impressionne tant par la qualité de sa mise en scène que par l’immersion et le réalisme du film, entre une scène d’ouverture qui donne directement le ton du métrage et la fin parfaite que l’on pouvait attendre pour ce film. En plus de cela, la fiction prend son temps pour poser la situation, les personnages, et n’hésite pas à se poser pour mieux étudier la relation entre Logan et Laura, et nous amène à réfléchir sur des valeurs, conceptions de vie.

Le film reste très touchant et ne possède pour autant aucune longueur car il fascine tout au long de sa durée, en partie grâce aux acteurs et à la mise en scène, mais aussi par les dialogues et les moments de sincérité du trio. Au final, Logan est un film bien plus que réussi. Il aborde de nombreux thèmes importants et ne tombe pas dans la facilité déconcertante ou dans un final laborieux comme l’était celui du Combat de l’Immortel. Au lieu de cela, Logan livre sans doute le meilleur final d’un film X-Men et il est, sans l’ombre d’un doute, l’un des meilleurs films de super héros. Dur de dire adieu à deux acteurs qui ont été les pionniers du super héroïsme cinématographique et les piliers de la saga X-Men. Dur les voir malmener dans un ultime souffle de brutalité. Mais tellement heureux qu’ils tirent leurs révérences d’une si belle manière.

Avec une ambiance crépusculaire futuriste, et une bande originale en arrière-plan belle et douce, Logan s’inscrit comme l’un des meilleurs films de ce début d’année 2017, et une incroyable surprise ! Malgré quelques petites lacunes, il a su me redonner l’émotion d’un certain « Je suis une légende », et redonne de l’espoir quant à l’avenir des films de super héros en général car je vous le dis Logan titille le chef d’œuvre. Un baroud d’honneur magistral, réaliste, et brutal.

C’est l’histoire d’un garçon devenant homme. (Origins Wolverine)
D’un homme devenant animal. (Origins Wolverine)
D’un animal devenant homme. (X-Men)
D’un homme devenant mortel. (Le combat de l’immortel)
C’est l’histoire d’un homme devenant légende. (Logan)

 

PARTAGER
Article précédentZombillénium
Article suivantÇa
L’Éléphant qui se balançait de toiles en toiles du web français

FAIS PART DE TON AVIS

Entrer votre commentaire
Entrer votre nom